Guide Réglementaire du Scoutisme Français

Édition du 3 avril 2018

Ce site web n'est pas officiel. Il n'est pas édité par le Scoutisme Français.

Retourner vers la section précédente : 1.8. Droit à l'image Continuer vers la section suivante : 1.10. Autorisation de sortie du territoire

Un règlement de sécurité nautique définit l'ensemble des éléments importants et indispensables à l'organisation des activités marines.

Les associations du Scoutisme Français sont habilitées à conduire cette pratique spécifique par leur commission marine qui valide les projets et garantie la formation. Chaque commission marine est coordonnée en inter association par la CNSM (Commission Nationale du Scoutisme Marin) qui garantit l'application du référentiel et le relai auprès des autorités compétentes.

1.9.a. Règlement de sécurité nautique du scoutisme marin

Préambule

Ce règlement rappelle les dispositions générales applicables aux activités voile en explicitant certains aspects propres au scoutisme marin. Il rappelle quelques procédures spécifiques. Il doit être compris comme mettant en exergue les précautions minimales à adopter. En dernier ressort, le responsable de l'activité nautique sur le terrain doit prendre en compte les conditions locales et éventuellement renforcer les dispositions de sécurité déjà prises.
Savoir renoncer à l'activité fait aussi partie de l'exercice de cette responsabilité.

Domaine d'application

Relève de ce règlement toute navigation embarquée (à la voile, à l'aviron ou au moteur), quel que soit le support utilisé, organisée dans le cadre des activités de scoutisme marin quel que soit le plan d'eau (intérieur ou maritime).

Déclaration préalable

Toute activité de scoutisme marin est soumise à un Visa Technique de la Commission Marine (ou de la Passerelle) de l'association.

Les activités dont l'organisation est entièrement prise en charge par un organisme extérieur (centre nautique, école de Voile, école de croisière, club affilié ou non à la FFV etc.) relèvent de sa réglementation propre. Celle-ci doit être conforme à la législation en vigueur. Dans ce cas, les responsables scouts veilleront à ce qu'une convention ou un contrat en bonne et due forme soit établi avec le prestataire de service (club, association, école de voile, centre nautique etc.), désignant clairement l'organisme en question comme responsable de l'organisation et de la sécurité de l'activité. La Commission Marine (ou Passerelle) est consultée pour avis.

Validité des titres de qualification

Une personne diplômée pour l'enseignement de la voile par une fédération sportive ou un autre organisme, n'est autorisée à assurer l'encadrement d'activités nautiques que dans une structure affiliée (clubs, école de voile, etc.) à son organisme de formation. Par conséquent, seuls les titres délivrés par la Commission Marine (ou la Passerelle) sont reconnus pour encadrer une activité de scoutisme marin dans l'une des associations agréées, membres de la commission nationale du scoutisme marin (CNSM).

Textes réglementaires de référence
Règles complémentaires de sécurité en accueil de scoutisme marin

En complément des obligations relevant de la réglementation générale maritime, et de la réglementation relative aux activités organisées en accueil de Scoutisme (Jeunesse et Sports), la pratique du scoutisme marin est soumise au strict respect des règles suivantes édictées conjointement par les associations de scoutisme membres de la CNSM :

1. Dossier de l'unité marine

Le responsable de l'activité nautique doit être en possession des documents suivants qui constituent le "dossier de l'unité marine" :

2. Correspondant à terre

Toute navigation doit être conduite en liaison avec un responsable assurant une veille radio téléphonique ou visuelle à terre. En cas de non-respect des horaires prévus, de changement de programme de navigation, d'incident significatif ou d'accident, celui-ci doit être prévenu. En l'absence alarmante de nouvelles, il a le devoir d'alerter les secours.

3. Briefing de navigation

Le responsable de l'activité nautique doit rédiger, avant chaque sortie, un document formel qui décrit clairement : la situation de la zone sur une carte, les conditions de navigation, l'organisation de l'activité, le programme de la sortie, les prévisions météorologiques, les dispositifs de sécurité et les abris possibles. Ce document sert de trame et de support à un briefing de navigation complet, obligatoirement présenté avant la sortie à tous les chefs de bord et encadrants ainsi qu'au correspondant à terre.

4. Equipement Individuel de Flottabilité (EIF)

Le port d'un EIF (gilet ou brassière de sauvetage) est obligatoire en toute circonstance pour tous les pratiquants (mineurs et adultes) y compris l'équipe d'encadrement, sur tous les engins flottants pouvant être utilisés (annexes comprises). Les EIF doivent être homologués CE et conforme à la division 240, correctement capelés et contrôlés régulièrement. L'enregistrement des vérifications est consigné sur un registre annuel.

5. Dispositions concernant les navigations sur support "voile légère" ou sur bateaux collectifs

Le responsable de l'activité détient la liste précise des participants ayant embarqué sur chaque bateau.

Le chef de bord désigné sur chaque voilier collectif doit réaliser un briefing sécurité et navigation avant l'appareillage. Il doit, de plus, organiser des entraînements aux manoeuvres de sécurité qu'il juge nécessaires.
La tenue d'un livre de bord n'est pas obligatoire sur bateaux collectifs ouverts effectuant une navigation en flottille à moins de 2 nautiques d'un abri.

6. Dispositions concernant la navigation de randonnée ou de croisière sur voiliers habitables

Des documents complémentaires sont requis:

Le chef de bord est seul responsable de la sécurité de son bateau et de son équipage. Il veille à la bonne rédaction du livre de bord qui doit être tenu à jour conformément à la réglementation des Affaires Maritimes. Ce document doit permettre notamment de prouver le sérieux de la navigation. Les positions du navire y sont reportées aussi régulièrement que nécessaire et au minimum toutes les heures.

Le chef de bord doit réaliser un briefing "sécurité et navigation" avant tout appareillage et organiser des entraînements aux manoeuvres de sécurité qu'il juge nécessaire.

1.9.b. Récapitulatif des qualifications et diplômes du Scoutisme Français

BAFA - Qualification Voile (QV) Patron d'embarcation (PE) Chef de quart (CQ) Chef de flottille (CF)
Activité Voile Légère
  • En zone délimitée.
  • Moins de 2 milles d'un abri.
  • Correspondant à terre obligatoire.
  • Force de vent jusqu'à 3 Beaufort.
  • Visa technique obligatoire.
Peut encadrer une flottille de :
  • 10 dériveurs légers maximum,
  • 1 bateau collectif maximum.
Maximum 10 participants.
8 ans minimum.
Pas d'encadrement possible Peut encadrer une flottille de :
  • 10 dériveurs légers maximum,
  • 4 bateaux collectifs maximum.
Peut encadrer une flottille de :
  • 10 dériveurs légers maximum,
  • 4 bateaux collectifs maximum.
Activité Randonnée Nautique
  • Hors zone délimitée.
  • Hors Voile Légère.
  • Moins de 2 milles d'un abri.
  • Correspondant à terre obligatoire.
  • Force de vent jusqu'à 4 Beaufort.
  • Visa technique obligatoire.
Pas d'activité possible Un titulaire majeur peut diriger un bateau en autonomie.
Le correspondant à terre est nécessairement un chef de flottille.
Peut encadrer une flotte de 4 bateaux maximum, collectifs ou petits habitables. Peut encadrer une flotte de 4 bateaux maximum, collectifs ou petits habitables.
Activité Croisière ou Randonnée Nautique
  • Moins de 6 milles d'un abri.
  • Correspondant à terre obligatoire.
  • Force de vent jusqu'à 5 Beaufort.
  • Visa technique obligatoire.
Pas d'activité possible Peut diriger un bateau sous la responsabilité du chef de flottille. Peut encadrer un bateau en autonomie (sans chef de flottille). Peut encadrer une flotte de 4 bateaux maximum, avec au moins un PE ou un CQ par bateau.
Âge minimum requis 18 ans 16 ans 18 ans 19 ans
Compétences demandées Être complètement autonome en dériveur et bateau collectif jusqu'à 4 Beaufort.
Animer une activité nautique en voile légère.
Posséder les connaissances techniques et le niveau pratique nécessaires à la direction d'un voilier habitable en croisière côtière. Pré requis : Permis côtier et PSC1 du PE ou niveau équivalent.
Module 1 : animer et organiser une activité.
Module 2 : assurer la sécurité d'une flotte et manoeuvrer une embarcation à moteur hors- bord.
Pré requis : Permis côtier et PSC1.
Diriger une flottille de voiliers habitables.
Organiser un camp marin.
Former PE, CQ et autres navigants.
Type d'épreuves Evaluation continue Module 1 : épreuves théoriques :
  • QCM (15 min) = permis mer côtier.
  • Epreuve écrite de navigation sur carte (1h).
Module 2 : épreuve pratique (> 20 min). Oral (30 min).
Module 1 : écrit + oral (1h + 30 min).
Module 2 : écrit Pratique (> 60 min)
Préparation d'un projet de navigation complet de plusieurs jours (préparé en autonomie).
Soutenance de 60 à 90 min.
Et exercice pratique.

Retourner vers la section précédente : 1.8. Droit à l'image Continuer vers la section suivante : 1.10. Autorisation de sortie du territoire

Source : Guide Réglementaire du Scoutisme Français - Édition du 3 avril 2018